Si les caractéristiques intrinsèques de la maison jouent le plus grand rôle dans le prix obtenu au moment de sa vente, la saison est un élément tout aussi important. En effet, les experts des transactions immobilières rapportent unanimement que certaines saisons sont plus favorables que d’autres. Vous trouverez alors, dans cet article, des informations utiles pour reconnaitre les conditions de vente d’une maison en fonction des saisons.

Le printemps : la saison la plus recommandée ?

Les conditions de vente de biens immobiliers seraient à l’avantage du propriétaire s’il décide de réaliser cette transaction pendant la saison printanière. Il suffit de poser la question à une agence immobilière en ligne pour vous rendre compte que ce moment de l’année est le plus prisé. Car de manière générale, la fin de l’été s’accompagne d’un élan de motivation. Les projets mis en suspens pendant les vacances sont entrepris avec enthousiasme. Par ailleurs, les nouveaux acquéreurs préfèrent déménager avant la rentrée scolaire, ce qui fait du printemps le moment parfait pour acheter et pour l’été une période suffisante pour se préparer. Ce constat partagé par les vendeurs et les acheteurs a provoqué une croissance manifeste des transactions concernant les maisons et appartements d’avril à juin. Résultat : Ce ne sont pas les biens à vendre qui manque, ce qui crée une rude concurrence et limite vos chances d’obtenir un bon prix. La situation est d’autant plus compliquée pour les logements de qualité moyenne qui peuvent facilement passer inaperçu devant des biens immobiliers plus qualitatifs avec un excellent rapport qualité/prix.

L’été : tirez votre épingle du jeu

L’été est la saison la plus calme chez les agences immobilières. Les promesses de vente établies au printemps sont finalisées à ce moment-là, ce qui donne lieu à un long passage à vide. Ce constat a été observé aussi bien dans les grandes villes que dans les banlieues et les espaces ruraux. Il suffit d’ouvrir les journaux locaux ou de se rendre sur les plateformes d’annonces immobilières pour comprendre la rareté des biens proposés. Généralement, lorsque la pression retombe du côté des acheteurs, les vendeurs se font, eux aussi, plus rares. Ainsi, vous pouvez voir les choses sous 2 ongles différents : soit vous considérez que ce n’est pas le moment pour vendre, soit vous décidez, au contraire, de saisir cette occasion pour que votre bien soit plus visible et qu’il ne finisse pas noyé dans la masse. L’absence de concurrence peut jouer en votre faveur et vous permettre de vendre plus vite que pendant les autres saisons. Le seul inconvénient, ce sont les circonstances difficiles des visites lorsque les températures sont au plus haut.

L’automne : une humeur maussade

On néglige souvent cette réalité, mais l’ambiance mélancolique de l’automne touche tout le monde, et les acheteurs potentiels n’échappent pas à la règle ! Comme dans toutes les professions, le domaine immobilier redémarre au ralenti après une longue pause estivale. Pour reprendre le travail comme il se doit, il faudra laisser passer les débuts laborieux de septembre. En revanche, ce n’est pas parce que l’offre redémarre timidement que la demande en fait de même. Au contraire, les personnes à la recherche d’un logement sont heureuses de voir l’été partir et son rythme de transaction au ralenti s’accélérer. C’est surtout le cas des investisseurs qui souhaitent étoffer leur patrimoine et tentent de dénicher la perle rare. En effet, en essayant de savoir la saison la plus appropriée pour vendre, il faut définir votre cible. Les acheteurs en quête d’un logement pour y habiter agissent et pensent différemment des ceux qui désirent investir dans un nouveau bien immobilier voire plusieurs. Pour ces derniers, ce n’est pas la grisaille qui leur fera rater leur prochaine trouvaille.

L’hiver : tout dépend du bien

Pendant l’hiver, les annonces de vente mettent l’accent sur un élément intéressant. Seules les maisons sans jardin sont mises en avant ! Et pour cause : les vendeurs l’ont bien compris, pour mettre en valeur un bien immobilier avec un espace extérieur particulier, il faut éviter le mauvais temps. L’acheteur se projette toujours dans le logement qu’il visite. Et ce n’est pas en lui montrant une piscine vide et des arbres défleuris que vous arriverez à finaliser la vente. En d’autres termes, très peu de personnes seront prêtes à investir dans une maison à ce moment de l’année surtout si l’espace jardin est son point fort. Si vous n’êtes pas pressé, attendez les beaux jours et l’enthousiasme printanier pour déclencher un coup de cœur sans le moindre effort.