L’assurance habitation est également connue sous le nom de « contrat multirisque habitation ». Elle permet de couvrir les dommages matériels et corporels provoqués par un sinistre. Il convient de rappeler qu’elle est considérée comme obligatoire pour les locataires et facultatives pour les propriétaires. Dans cet article, nous allons voir les éléments que vous devez étudier pour choisir le contrat qui répond au mieux à vos attentes.

1. Qu’est ce que l’assurance habitation ?

L’assurance habitation est une formule de protection pour les maisons et les biens matériels des particuliers. Elle est spécialement conçue pour couvrir les constructions et ce qu’elles contiennent. Elle a aussi pour rôle de protéger la responsabilité civile de ses souscripteurs. Ce type d’assurance permet de signer un contrat multirisque habitation. La souscription d’une assurance a un coût. Vous devez payer une cotisation mensuelle qu’on appelle aussi « prime » qui correspond au montant versé à l’assureur pour obtenir un certain nombre de garanties. Une fois que vous aurez défini vos besoins et communiqué vos informations à la compagnie d’assurance, un devis personnalisé vous sera envoyé.

Notez que la comme à payer dépend du type de logement, du nombre de pièces, des meubles et de l’efficacité du système de surveillance dont vous disposez. Votre conjoint et votre colocataire peuvent être inclus dans votre contrat. Cliquez ici pour en savoir davantage !

2. Qu’en dit la loi ?

Choisir son assurance est un acte réglementé par un première loi mise en vigueur en 1986 et actualisée en 1989. La clause n°86-1290 a été remplacée par la loi n°89-462 stipulant que le locataire est tenu de souscrire à une assurance habitation. Cette obligation lui permet de se protéger contre les catastrophes naturelles et d’autres risques qui menacent son logement. Un justificatif est alors fourni au bailleur à sa demande. Depuis le 24 mars 2014, une nouvelle loi exige des locataires d’un bien meublé de souscrire à cette assurance.

Il convient de s’interroger sur les risques encourus par les locataires qui n’ont pas de contrat d’assurance. Un délai d’un mois depuis la mise en demeure restée sans retour est accordé au locataire pour montrer son attestation. Si ce délai n’est pas respecté, le propriétaire a la possibilité de souscrire le locataire à une assurance en récupérant le montant auprès de ce dernier.

Quand la souscription est effectuée par le bailleur, celui-ci récupère la totalité de la prime annuelle qui est généralement soumise à une majoration ne dépassant pas la limite déterminée par la prescription du Conseil d’Etat. Le bailleur est en mesure de récupérer cette somme intégrée dans le loyer à condition de l’indiquer clairement sur les quittances.

3. Le cas particulier de la colocation

Chacun des locataires peut choisir son assurance de manière individuelle. Ce contrat couvrira ses biens matériels. Cependant, les colocataires ont la possibilité de se mettre d’accord sur un assureur et de souscrire ensemble au contrat qui répond au mieux à leurs besoins communs. Dans ce cas, tous les noms figurent sur le contrat. Pour une colocation dans un logement meublé, la loi du 6 juillet 1989 prévoit, à travers l’article 8-1 IV, la possibilité du bailleur de choisir parmi les compagnies d’assurance, de souscrire à un contrat et de récupérer par la suite le montant versé rajouté au loyer.

4. Que couvre l’assurance habitation ?

Le contrat d’assurance habitation recense des garanties obligatoires d’une part et des garanties supplémentaires d’une autre. Celles-ci peuvent être ajoutées dans le contrat dans des situations spécifiques. Elles sont également appelées « garanties optionnelles ». L’ensemble de ces garanties permet de couvrir votre logement tout autant que vos biens. Cependant, le contrat doit obligatoirement inclure une garantie risques locatifs. Cette formule est conçue pour couvrir les dommages que les propriétaires auraient causé. Si en tant que locataire, vous avez choisir une location meublée, il est conseillé d’avoir au minimum cette garantie-là. De cette manière, vous serez couvert en cas de cambriolage, de dégât des eaux, et d’incendie. Grâce à l’assurance multirisques, vous bénéficiez d’une responsabilité civile couvrant les dommages causés aux autres. Vous avez également une garantie des risques de :

  • Catastrophes naturelles ;
  • Catastrophes technologiques ;
  • Attentats ;
  • Terrorisme.

5. La franchise et ses modalités d’application

La franchise n’est autre que la somme que vous devez payer en tant qu’assuré. Ce montant n’est pas indemnisé par la compagnie d’assurance en cas de sinistre. Voici alors les modalités d’application de la franchise :

  • La franchise absolue : Quand le montant de votre franchise est dépassé, cette somme est déduite du montant indemnisable.
  • La franchise proportionnelle : Le souscripteur garde une partie proportionnelle au dégât.
  • La franchise relative : Quand le montant de votre franchise est dépassé, les sinistres supérieurs au montant de la franchise sont pris en charge par l’assureur.
  • La franchise de sinistre : Elle correspond à la franchise annuelle qui n’indemnise pas l’assuré si la somme globale des sinistres sur une année a dépassé un montant prédéfini.

6. Le fonctionnement du comparateur

L’usage d’un comparateur d’assurances est d’une utilité incontestable. Vous êtes alors invité à choisir le profil qui correspond au mieux à votre situation. Pour cela, vous devez indiquer si vous êtes locataire ou propriétaire de votre domicile. Vivez-vous dans un appartement ou dans une maison ? Quel est le nombre des pièces ? Les tarifs qui s’affichent sont fondés sur des enquêtes récentes dans plusieurs villes de France. Pour mieux comparer les offres, vous devez donc utiliser ces informations à titre indicatif, l’emplacement étant un critère déterminant pour la valeur des cotisations.

Avec cet outil de comparaison d’assurance habitation en ligne, vous allez découvrir les offres qui se rapprochent de votre profil. Veuillez comparer en tenant compte des critères fondamentaux à savoir les indemnisations, l’assistance, la responsabilité civile et les garanties qui couvrent les biens matériels.