Aérer sa maison est une démarche indispensable pour conserver une bonne qualité d’air dans votre espace intérieur. Pourtant, si certains appliquent ce geste tout au long de l’année, la plupart évitent de le faire en hiver par peur de perdre la chaleur générée par le système de chauffage. Cette réticence augmente dans les régions où les températures hivernales battent des records. Dans cet article, vous trouverez les 5 erreurs à éviter pour bien ventiler votre appartement.

Erreur n°1 : aérer uniquement en été

L’aération est une initiative essentielle en dépit des saisons. Eté comme hiver, vous devez ouvrir les fenêtres et renouveler l’air qui circule à l’intérieur de vos pièces. Plus encore, vous devez réitérer cette démarche tous les jours. Plusieurs articles sur le sujet sont publiés sur la toile soulignant l’importance de faire entrer de l’air nouveau dans les logements, et ce de manière régulière. Cependant, nous sommes tous d’accord sur la difficulté de garder les zones de fermeture ouverte longtemps en hiver. La difficulté augmente davantage lorsque l’on vit en montagne ou dans une région de grand froid. Pour cela, nous vous recommandons de ne pas dépasser 10 à 15 minutes d’aération et quelques minutes de plus pour votre salle de bains en laissant la porte fermée. Autrement, vous risquez de compromettre la performance énergétique de votre système de chauffage.

Erreur n°2 : faire brûler des substances après l’aération

Ces dernières années, les bougies ont la cote. De plus en plus de personnes en allument une ou plusieurs surtout que les fabricants proposent désormais des senteurs variées auxquelles les consommateurs ont du mal à résister. Nous n’avons aucune intention de vous interdire cette initiative qui fait désormais partie des rituels du bien-être. Cependant, évitez de brûler des substances avec des émissions de gaz dans l’air une fois que vous aurez aéré vos pièces. Cette règle ne s’applique pas uniquement aux bougies mais aussi à l’encens : un produit issu des traditions orientales spirituelle et qui a réussi à conquérir les occidentaux. Le véritable danger, c’est que l’encens tout comme les bougies libèrent des arômes qui suscitent une sensation de détente. Pris au jeu, vous risquez une exposition trop longue aux gaz libéré au moment de la combustion. Si vous habitez dans un appartement, évitez d’allumer ces sources d’odeurs après l’aération.

Erreur n°3 : ne pas aérer le lit

Pour augmenter le sentiment de confort dans son logement, on a tendance à vouloir réaliser des travaux. Une rénovation énergétique peut certes être utile pour utiliser moins de chauffage, mais cette décision doit s’accompagner d’autres solutions. En d’autres termes, avant de vous jeter les yeux fermés sur des techniques drastiques pour améliorer l’étanchéité de vos murs, de votre toiture et de vos combles, appliquez des gestes basiques parmi lesquels figure l’aération du lit. En effet, beaucoup de personnes ont tendance à faire leur lit les fenêtres fermées. Cette erreur empêche l’élimination de la transpiration sur les draps. L’air introduit dans la chambre à coucher permet de supprimer les acariens, les cheveux et les petites particules de peau qui ont tendance à s’accrocher aux éléments de literie pendant la nuit. Ainsi, il est vivement recommandé de laisser le lit défait pour quelques minutes pour enlever les émissions corporelles qui se transforment en substances dangereuse pour la santé.

Erreur n°4 : ne pas nettoyer les bouches d’aération

Que vous habitiez dans un appartement ou une maison plus spacieuse, votre système de ventilation est certainement composé de bouches d’aération. Comme ce système fonctionne sans interruption soit 24/24, des résidus, de la poussière et des saletés finissent par devenir des éléments d’obstruction. Vous devez donc nettoyer ces zones afin d’éliminer la crasse. Quelques gestes quotidiens pur dépoussiérer ces bouches sont vivement recommandés. De temps en temps, pensez aussi à enlever les dispositifs de ventilation et à les laver comme vous le feriez pour les filtres de votre climatiseur.

Erreur n°5 : opter uniquement pour des meubles neufs

Vous l’ignorez peut-être mais le mobilier ancien libère moins de particules toxiques que le mobilier neuf. Un meuble récemment fabriqué laisse apparaitre une couche de peinture et de vernis qui émet des substances avec une forte toxicité pour l’organisme. Ainsi, le choix du mobilier peut jouer un rôle peu connu mais efficace dans l’aération du logement. Même si vous envisagez de rénover vos meubles, limitez l’usage de produits de traitement polluants qui risquent d’entraver la qualité d’air dans votre maison.