Avec la montée des prix immobiliers, la majorité des acheteurs préfèrent investir dans des hébergements plus ou moins défraîchis afin d’en faire la rénovation. C’est une étape qui permet d’améliorer le confort à la fois thermique et acoustique d’une demeure. Sa réalisation nécessite toutefois, une bonne planification et beaucoup de minutie. Découvrez dans ce guide, les 4 questions à se poser pour rénover un bâtiment ou un appartement personnel.

Quel type de rénovation faire ?

Pour la rénovation d’un appartement à Paris, il est important de décider si vous souhaitez faire une rénovation partielle ou une rénovation totale. Pour le premier type d’aménagement, il s’agit d’un ensemble de petits gestes qui peuvent s’étendre sur une longue durée. Vous pouvez par exemple changer la toiture et l’isolation cette année et remplacer les fenêtres et la plomberie l’année suivante. C’est une solution qui est approuvée par certains organismes d’aide à la rénovation comme l’ANAH. En effet, la rénovation partielle nécessite peu de matériaux de construction et peut s’avérer avantageuse dans bien des domaines pour le propriétaire. En ce qui concerne la rénovation totale, elle consiste à refaire entièrement tout l’intérieur de l’appartement ou du local concerné. Dans ce cas, il s’agira entre autres d’abattre des cloisons pour faire entrer plus de lumière naturelle, de changer la disposition des pièces ou encore de réorganiser entièrement un espace de vie.

Dois-je faire appel à un professionnel pour mon projet ?

Lorsqu’il s’agit d’un aménagement intérieur léger, comme le rafraîchissement de peinture ou encore le changement de la climatisation, vous pouvez le faire vous-même si vous le souhaitez. En revanche, pour les grands travaux, il est conseillé de confier la tâche à des experts dans chaque domaine. Le recours à une entreprise de rénovation est recommandé dans un premier temps. Le professionnel en rénovation pourra en effet déterminer avec vous les différentes retouches à effectuer pour transformer votre bien immobilier et mieux orienter le projet. Il vous propose ensuite un accompagnement sur mesure pour répondre à vos besoins tels que la réduction des dépenses ou encore l’optimisation des espaces. En fonction des services proposés par la société d’aménagement que vous aurez engagé, vous pouvez aussi profiter d’indemnisations en cas de dégâts ou d’incidents. Il faut impérativement travailler en étroite collaboration avec les professionnels du bâtiment pour gagner du temps et de l’énergie.

Quel est le budget alloué à mon projet ?

La troisième question que vous devez vous poser est celui du budget. Très peu de personnes disposent d’un budget illimité pour faire des travaux de rénovations. Il faut donc faire un bilan prévisionnel. C’est une étape qui va vous permettre de faire le point du montant total à dépenser. Vous devez tenir compte du coût des matériaux. Rendez-vous pour ce faire dans les boutiques dédiées pour vous faire une idée des prix réels. Les honoraires des professionnels engagés doivent être aussi pris en compte. Pour bien procéder, vous pouvez utiliser la méthode au pied carré ou la méthode des coûts complets. Ces deux moyens étant incomplets, vous devez prendre en compte les imprévus en prévoyant une somme équivalente à 15% du coût des travaux. Une fois le montant estimé, vous pouvez ensuite entamer les démarches afin d’obtenir au besoin des prêts auprès des institutions bancaires. Vous pourrez par ailleurs bénéficier de différentes aides à la rénovation telles que :

  • le crédit d’impôt,
  • l’Eco-Prêt à Taux Zéro,
  • la TVA à taux réduit.

Ces aides ont pour but de réduire les dépenses à effectuer. Pour chaque organisme d’aide à la rénovation, il est possible de réaliser une simple simulation en ligne afin d’avoir une idée complète des possibilités qui vous sont offertes.

Ma rénovation nécessite-t-elle des permissions particulières ?

Si vous comptez réaliser une transformation de votre salle de bain ou cloisonner des pièces, vous n’avez pas besoin d’autorisation pour le faire. Il suffit juste de vous assurer du respect des normes énergétiques et électriques. En revanche, si votre rénovation doit entraîner des modifications sur la façade du bâtiment, renseignez-vous sur les démarches légales à mener. En effet, le code de l’urbanisme stipule dans ses articles R421-17 et 421-17-1, que le propriétaire du studio doit faire une déclaration préalable de travaux dans certains cas. Il s’agit entre autres :

  • des rénovations entraînant le ravalement de façade,
  • de la construction d’un mur excédant les 2 mètres au-dessus du sol,
  • des changements de destination du bâtiment,
  • des modifications de la couleur de façade ou de fenêtre.

L’obtention d’un permis de construire est donc conseillée dans les cas d’une rénovation totale. Il est utile pour tout agrandissement de plus de 20 m² ou pour des créations d’ouverture sur un mur du toit par exemple. Si vos travaux auront un impact sur les parties communes comme l’installation d’un climatiseur, songez à en informer le gérant de copropriété. Le manquement à ces procédures est en effet sanctionné par le paiement d’une amende qui peut varier entre 1200 et 300.000 euros par m².