Quelles sont les règles de stationnement dans le code de la route ?

Code de la route

Publié le : 15 octobre 20225 mins de lecture

Le Code de la route contient de nombreuses règles concernant l’arrêt et le stationnement d’un véhicule. Il existe en effet de nombreuses interdictions et des cas propres à chaque situation. Qu’est-ce qui différencie l’arrêt du stationnement ? Qu’est-il permis de faire ? Quand risquez-vous une sanction ? Que vous passiez prochainement votre permis de conduire ou que vous l’ayez déjà depuis plusieurs années, un petit rappel du code ne vous fera sans doute pas de mal !

Différencier l’arrêt et le stationnement

Le stationnement implique un arrêt total du moteur. Il s’agit par conséquent d’une immobilisation de longue durée (plusieurs minutes au minimum) du véhicule. La notion d’arrêt est, quant à elle, un peu plus floue sur le plan juridique. Par opposition au stationnement, l’arrêt est de courte durée et le moteur doit continuer à fonctionner. Le conducteur se trouvera donc dans l’habitacle du véhicule ou à proximité immédiate, comme lors du chargement ou de déchargement du coffre par exemple.

Pour connaître toute la signalétique (signalisation horizontale, signalétique au sol) à mettre en œuvre pour délimiter les zones d’arrêt ou de stationnement, jetez un coup d’œil à l’excellent site virages.com ! Vous y trouverez également tout le matériel de sécurité indispensable sur un chantier ainsi que de nombreuses idées pour un aménagement urbain réussi.

Les règles en agglomération

En agglomération, sur une chaussée à double sens, l’arrêt ou le stationnement se font obligatoirement, à droite le long du trottoir et dans le sens de la circulation. Bien évidemment, une telle règle ne s’applique pas aux places délimitées ou à celles se trouvant sur un parking. Si la voie est à sens unique, le conducteur peut se garer à droite et à gauche, toujours le long du trottoir.

La nuit ou en cas de mauvaise visibilité (pluie, neige, brouillard, etc.), il n’est pas nécessaire d’allumer ses feux si, et seulement si, la chaussée est éclairée. Si cette condition n’était pas remplie, les feux de position avant et arrière, au minimum, devront être allumés.

Le Code de la route mentionne également des cas de stationnement gênant mais pour lesquels l’arrêt demeure toléré :

  • devant les entrées d’immeubles
  • sur une place réservée à la livraison
  • en double file lors de la réalisation d’un créneau
  • devant les bornes de rechargement pour véhicules électriques.

Les règles hors agglomération

En dehors des agglomérations, l’arrêt ou le stationnement du véhicule se fait sur l’accotement d’une chaussée à double sens. Pour d’évidentes raisons de sécurité, le côté droit devra être privilégié. Toutefois, si ce dernier n’est pas assez large ou s’il est non praticable, le côté gauche pourra aussi être utilisé. Attention, dans ces conditions, l’allumage feux de position avant et arrière est une obligation, peu importe la visibilité.

Ce qu’il ne faut surtout pas faire

La législation en vigueur distingue les arrêts et stationnements gênants des cas véritablement dangereux. Dans la première catégorie, on trouve notamment le fait de se garer :

  • sur un trottoir
  • sur un passage pour piétons
  • sur les voies réservées (cycles, bus, taxi ou véhicules lents)
  • en double file
  • sur les ponts ou dans les tunnels
  • sur les bandes d’arrêt d’urgence
  • sur ou à proximité d’un marquage au sol
  • à côté d’une bouche à incendie.

L’arrêt et le stationnement sont considérés comme dangereux lorsque la visibilité est insuffisante. Il est donc interdit de se garer :

  • au niveau d’une intersection
  • dans un virage
  • au sommet d’une côte
  • à proximité ou sur un passage à niveau.

En cas de non-respect des règles d’arrêt et de stationnement, le contrevenant s’expose à des sanctions financières, dont les montants peuvent devenir conséquents, ainsi qu’à des retraits de point sur son permis de conduire. Veuillez également noter que le véhicule concerné pourra aussi être enlevé par la fourrière.

Rappel des principales précautions

Lorsqu’il immobilise son véhicule, le conducteur veillera à ne pas entraver la circulation. En descente, pour éviter tout risque, il est de plus fortement conseillé de :

  • serrer le frein à main
  • diriger les roues avants en direction du trottoir
  • enclencher une vitesse.

Lorsque le conducteur désire retourner sur la voie de circulation, il devra signifier sa volonté aux autres usagers en activant le clignotant. Attention, il n’est alors pas prioritaire et devra, par conséquent, laisser passer les autres véhicules avant de s’engager.


Plan du site