Le plan national de lutte contre le cancer vise à améliorer la qualité des traitements. Il s’agit notamment des registres du cancer afin de collecter des données.

Plan national de lutte contre le cancer pour un meilleur échange de données

Près d’un demi-million de nouveaux cas de cancer surviennent chaque année. Le plan national de lutte contre le cancer vise à améliorer la qualité des traitements. Il s’agit notamment des registres du cancer dans tous les Länder allemands afin de collecter des données.

En général, les femmes tombent malades du cancer à l’âge moyen de 70 ans et les hommes à 72 ans. Près de 11 700 néoplasmes malins ont été enregistrés chez les hommes en 2014 – les derniers chiffres disponibles – et environ 10 800 chez les femmes. Pour le cancer de la peau, l’âge moyen d’apparition est déjà de près de 57 ans pour les femmes et de 67 ans pour les hommes – ces taux sont plus élevés en Rhénanie-Palatinat que dans toute l’Allemagne. Le registre du cancer de Rhénanie-Palatinat enregistre tous ces chiffres chaque année. Depuis 2016, des informations sur les traitements sont également incluses ; depuis l’année dernière, le registre entre également en dialogue avec les médecins. Cela devrait améliorer la thérapie et profiter également aux patients.

« Depuis avril 2017, nous fournissons des données aux médecins, qui peuvent ensuite comparer leurs chiffres avec ceux de la Rhénanie-Palatinat », explique Sylke Zeißig, directrice médicale du registre du cancer. Cela améliorera la qualité des données. « À l’avenir, il s’agira également de savoir si les lignes directrices pour le traitement du cancer seront respectées – par exemple, que les femmes ayant une tumeur du sein relativement petite doivent toujours être traitées de manière à préserver le sein si possible ». À partir de 2020 environ, il devrait être possible de faire des déclarations sur la qualité de la thérapie : « Par exemple, si les médecins traitent selon les directives ou comment sont les temps de survie des patients cancéreux dans les hôpitaux.

Le registre du cancer fournit d’énormes quantités de données

Le registre du cancer existe depuis 25 ans. Alors qu’auparavant, seule la fréquence des maladies était enregistrée, les experts examinent maintenant quels patients sont traités comment et où, indépendamment de leur lieu de résidence. En 2016 – année de lancement de la loi sur le registre du cancer – près de 85 000 rapports de données ont été reçus. Entre autres, des données sont communiquées sur le diagnostic, le début et la fin d’un traitement, le suivi et l’apparition de nouvelles métastases. Depuis cette année, les médecins sont tenus de communiquer leurs données par voie électronique. Selon le registre du cancer, cela n’est pas toujours facile, et des cours de formation et des conseils par téléphone devraient donc être utiles.

Le centre médical universitaire de Mayence, qui a fondé la Société du registre du cancer avec le Land de Rhénanie-Palatinat, voit de nombreuses possibilités dans la collecte de données. « Il est bon que des registres du cancer existent maintenant afin d’enregistrer réellement tous les cancers – également au cours et en réponse aux thérapies respectives », déclare le professeur Matthias Theobald, directeur du Centre universitaire pour les maladies tumorales. « Nous commençons seulement maintenant à recueillir les données pertinentes sur l’évolution de la maladie. Les patients peuvent alors bénéficier d’une thérapie ciblée. Cela pourrait également être utilisé pour identifier les déficits en matière de soins dans certaines régions.

Le gouvernement de Rhénanie-Palatinat espère également bénéficier aux malades. « C’est une bonne nouvelle pour les patients, car ils peuvent s’attendre à une qualité de soins toujours meilleure à l’avenir », déclare la ministre de la santé, Sabine Bätzing-Lichtenthäler (SPD). La collecte d’informations provenant des secteurs ambulatoire et hospitalier crée une base de données unique permettant de cartographier les soins réellement dispensés aux patients atteints de cancer. À partir de ces données, des mesures pourraient être prises pour améliorer la qualité. Selon les experts, cependant, l’Allemagne avait également beaucoup de retard à rattraper dans la collecte de données sur le cancer par rapport à d’autres pays.