S’il est primordial pour votre santé de vous exposer raisonnablement au soleil, il est impératif de le faire avec un niveau de protection adapté sous peine d’attraper un coup de soleil, d’accélérer le vieillissement de votre peau et même de développer un cancer de la peau. Aucune protection n’est aussi efficace que la crème solaire, mais comment bien la choisir ?

Qu’est-ce que l’indice de protection ?

Il y a encore quelques années, il n’était pas rare de trouver la mention « écran total » sur un pot de crème, alors que pourtant, aucune crème n’est en capacité de filtrer l’intégralité des rayons UV. Heureusement le législateur est passé par là et a remis un peu d’ordre. Les produits appartiennent désormais à l’une des quatre catégories créées à cette occasion. Ils sont aussi notés en fonction de leur indice de protection (également appelé FPS pour Facteur de Protection Solaire ou, dans sa version anglophone, protection SPF).

Les produits présentant des indices « 6 » ou « 10 » vont appartenir à la première catégorie, que l’on nomme « protection faible ». La protection moyenne regroupe les indices « 15 », « 20 » et « 25 ». Avec les valeurs « 30 » et « 50 », on passe directement à la catégorie « protection haute protection ». Vous aurez probablement déjà deviné que les crèmes avec un indice « 50+ » sont classées en « très haute protection ». Il s’agit du niveau maximal défini par la loi.

Voici un moyen simple pour comprendre le fonctionnement des indices. Il suffit de vous souvenir que la formule «1/valeur » correspond à la transmission des rayons UV. Aussi, un produit présentant un indice « 6 » va laisser passer plus de 16 % des UV (soit 1/6). L’indice « 50 » laissera passer lui uniquement 2 % des UV (1/50). La connaissance de cette formule permet ainsi de relativiser les différences entre les quatre catégories. En effet, on constate finalement que l’indice « 25 » est classé dans la catégorie « protection moyenne » tandis que l’indice « 30 » appartient lui à la catégorie supérieure. Pourtant, le pourcentage de rayons non filtrés reste relativement proche entre ces deux produits (4 % pour l’indice « 25 » et 3,33 % pour l’autre). Vous constaterez pourtant un écart de prix assez conséquent entre ces deux produits…

Si vous souhaitez avoir une vision complète de la gamme des produits solaires développés par une célèbre marque, rendez-vous sur le site www.clarins.fr.

Faut-il une crème spécifique pour les enfants ?

Bien évidemment, il n’est nullement question ici des bébés. Eux doivent obligatoirement porter des vêtements légers (ou même des habits intégrant une protection anti-UV) et un chapeau. Ils ne seront pas non plus exposés directement soleil et trouveront donc place à l’ombre. Évidemment, ce genre de principe va être beaucoup plus délicat à maintenir au fur et à mesure de la croissance de l’enfant. Vous n’aurez par conséquent d’autre choix que de recourir à l’utilisation d’une crème.

Déjà, vous n’aurez pas à hésiter longuement concernant le niveau de protection. Pour un enfant, choisissez toujours la valeur la plus élevée. En effet, toute exposition au soleil sans protection valable durant les premières années de la vie augmente le risque de développer un cancer de la peau à l’âge adulte. Faut-il alors se tourner vers les gammes de produits « spécial enfant » ? Ils appartiennent souvent à une gamme de prix élevée mais sont garantis sans allergène. Ils sont donc parfaitement efficaces et peuvent très bien convenir à l’ensemble de la famille.

Faut-il préférer les crèmes bio ?

Opter pour une crème bio ou un produit solaire visage bio, c’est s’assurer de l’absence de nombreuses molécules chimiques indésirables sans pour autant nuire à la protection solaire. Attention, contrairement à une idée reçue, un produit bio n’est pas nécessairement dépourvu d’allergènes.

Vous avez peut-être déjà remarqué que les eaux densément fréquentées par les touristiques se parent dans certaines conditions d’un voile à la surface. Il s’agit en réalité de résidus de crème ou spray solaire. Ils ont des conséquences dramatiques pour la faune et la flore sous-marine puisqu’ils participent activement à la disparation des coraux. Il serait alors logique qu’un produit bio ne se comporte pas de la même manière. Pourtant, de nombreuses études démontrent que la différence sur ce point particulier entre une crème classique et son équivalent bio demeure minime. Pire, l’efficacité de la dernière serait même dans certains cas bien moindre que l’autre. Sans compter que son prix d’achat est bien plus élevé ! Vous l’aurez compris, il n’y a donc aucune raison spécifique pour recommander une crème bio plutôt qu’un produit conçu de manière habituelle.

Comment bien appliquer la crème ?

S’il est habituellement recommandé de faire un usage modéré des produits cosmétiques, les crèmes solaires font alors figure d’exception. Cela s’explique simplement par le fait que plus vous en appliquez une quantité importante et mieux vous serez protégé. Pour atteindre les valeurs de protections définies par les fabricants, il faudrait ainsi utiliser 2 milligrammes de crème pour un seul centimètre carré de peau. Il s’agit tout de même d’une quantité impressionnante de produit et, dans la pratique, il semblerait que les doses se situent plutôt autour de 0,5 milligramme par centimètre carré. Pour les enfants, si la crème est appliquée par un parent, on constate que la quantité moyenne se situe autour d’un milligramme par centimètre carré.

Ces écarts ont pourtant de terribles conséquences sur votre réelle protection. En effet, un dosage d’un milligramme pour une crème avec un indice solaire SPF de 50 laissera passer 14 % des rayons solaires contre 2 % en respectant le dosage recommandé. À un demi milligramme, ce sont plus du tiers des rayons qui ne sont pas filtrés. Pour votre sécurité, appliquez-vous généreusement de la crème et renouveler l’opération plusieurs fois dans la journée et à chaque sortie de baignade.